myel ~anachronism

version 8

Enfants pareil

Il fait nuit. Tout recommence. Je suis incorrigible. J’en reviens toujours là.

Je n’aime pas les condensés, ça n’a pas de sentiments. PagesJaunes, grand-mère, Biarritz, rentrée, projets. C’est court, c’est creux.

Et toujours lui, lui toujours. Parce qu’on est enfants pareil. Parce que, pour qu’il me regarde devenir femme je donnerai. Pour qu’il grandisse aussi. Mais qu’on garde toujours cet enfant-pareil. Celui qui finit les phrases, chatouille, catche, ratatouille, boude et saute dans les bras. Qu’il se mêle aux jolis plaisirs.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Comments are closed.